Course pour le pôle Sud : Destins croisés de Scott et Amundsen et autres préoccupations morales… 

[par Nicolas Lambiotte]

De nos jours, le lieu habité le plus méridional du monde est une base américaine de recherche en Antarctique, à 250 mètres seulement du pôle Sud.  Cette base s’appelle « Amundsen-Scott ». Aucun de ces deux noms n’appartient à un américain. Ils sont ceux de deux hommes qui ont vécu une des plus grandes rivalités dans l’histoire de l’exploration : Roald Engelbregt Gravning Amundsen et Robert Falcon Scott. 

La base Amundsen-Scott
La base Amundsen-Scott en 2005

Au début du 20e s., le monde est presque entièrement connu. Peu de conquêtes restent à faire. Il reste pourtant, sur les cartes de l’époque, une zone immense portant la mention terra incognita. Cette terre, c’est l’Antarctique. Et quelque part là-bas, se trouve le mythique pôle Sud, l’endroit le plus méridional de la planète.

Le navire Belgica, pris par les glaces.
Le navire Belgica, pris par les glaces.

On assiste, entre 1895 et 1922, à ce que l’on appellera plus tard « l’âge héroïque de l’exploration Antarctique ». Parmi les héros fondateurs de cet âge d’or, un belge : Adrien de Gerlache. Il fut le chef de la première expédition antarctique à hiverner sur place. Parmi les membres de cette expédition, on trouve un certain Amundsen. Celui-ci acquerra durant cette expédition une expérience déterminante de l’Antarctique mais surtout commencera à comprendre tout le parti qu’il pourrait tirer des chiens « huskies ». En effet, il apprend, lors de ses discussions avec Frédéric Cook, autre membre de l’expédition, que ces chiens étaient utilisés comme bêtes d’attelage au Groenland par les Inuits… Pourquoi ne pas en tirer parti pour explorer l’Antarctique ?

Scott, de son côté, ne chôme pas non plus : il participe entre 1901 et 1904 à l’expédition « Discovery » qui a pour but avoué la conquête du pôle Sud, but qui ne sera pas atteint. De cette expédition, Scott tire évidemment une grande expérience, mais aussi un désavantage par rapport à son rival qui se montrera probablement décisif : l’expédition semble valoriser avant tout les « capacités innées » des hommes et mépriser l’apprentissage de techniques pourtant extrêmement avantageuses, comme l’utilisation des skis et des chiens d’attelage. Scott restera jusqu’au bout influencé par cette doctrine.

Amundsen, apprenant les préparatifs de départ de Scott, a décidé de le précéder

À partir de 1908, il se met à préparer une nouvelle expédition. Cependant, en 1910, alors que ses préparatifs sont presque finis, il reçoit un télégramme d’Amundsen : BEG TO INFORM YOU FRAM PROCEEDING ANTARCTIC–AMUNDSEN » (« Prends liberté vous informer Fram fait route vers l’Antarctique »). Amundsen, apprenant les préparatifs de départ de Scott a décidé de le précéder (le « Fram » est son bateau) et prends même un malin plaisir à le lui annoncer ! La course est désormais lancée.

Quand le bateau de Scott arrivera en Antarctique, son équipage a le souffle coupé par le camp de base d’Amundsen : 130 chiens, un matériel de grande qualité, des hommes expérimentés… Bien plus que l’avance qu’a prise Amundsen en arrivant le premier sur place, c’est la différence dans la préparation et la qualité technique entre les deux expéditions qui fera la différence. Amundsen avancera à ski avec des traîneaux et des chiens alors que Scott est à pied avec des poneys…

L'expédition de Scott atteint le pôle Sud 33 jours après celle d'Amundsen
L’expédition de Scott atteint le pôle Sud 33 jours après celle d’Amundsen

Finalement, les deux hommes atteindront le pôle Sud. Quand Scott y parvient, ce sera pour découvrir le drapeau norvégien d’Amundsen déjà planté depuis 33 jours. À son pied, le britannique trouve une lettre lui demandant d’annoncer la victoire d’Amundsen au Roi de Norvège. On peut y voir l’ultime précaution de cet homme minutieux, misant sur le fait qu’il puisse disparaître sur le chemin du retour et que Scott puisse, lui, y arriver… Mais certains y ont vu une moquerie envers son rival, une dernière gifle après sa victoire.

Les trajets des 2 expéditions : Amundsen en rouge, Scott en vert
Les trajets des 2 expéditions : Amundsen en rouge, Scott en vert

C’est en réalité Scott qui décèdera sur le chemin du retour, avec toute son équipe. Il laissera derrière lui un ensemble de lettres démontrant sa force morale et une détermination hors du commun. Ces lettres alimenteront sa légende ; il sera considéré comme un véritable héros de l’Angleterre.

L’imaginaire collectif, alimenté par de nombreuses réactions de l’époque, semble avoir intégré la victoire d’Amundsen comme celle de la ruse et la technique sur la noblesse et les qualités humaines.

Cela me donne l’occasion de vous poser la question suivante : est-ce que les progrès techniques sont, forcément, synonymes de dévalorisation humaine ?