Richard Feynman, l’art d’être à la fois un esprit curieux, un prix Nobel, un enseignant et un joueur de bongos.

[par Nicolas Lambiotte]

« (…)Mais je n’ai pas besoin d’avoir la réponse. Je n’ai pas peur de ne pas savoir, d’être perdu, sans but, dans un univers mystérieux. Ça pourrait bien être ça, la réalité, pour autant que je sache. Ça ne m’effraye pas. »

C’est peu dire que l’auteur de cette phrase est un esprit curieux. Pas curieux par besoin ou par nécessité. Pas curieux dans un but particulier, mais par plaisir de chercher et découvrir. Il s’agit d’un leitmotiv dans la carrière de Richard Feynman : il veut « ouvrir des coffres forts ». Parfois même au sens propre du terme… Quand il était à Los Alamos, dans le cadre du (tristement ?) célèbre « Projet Manhattan », il avait remarqué que les documents confidentiels étaient stockés dans des coffres-forts. N’étant pas convaincu par la sécurité que présentaient ces coffres, il commença à s’intéresser à la manière de les « cracker ». En étudiant des livres sur la question et en développant ses propres techniques, il finit par devenir un spécialiste. Juste après la guerre, il eut même l’occasion de ses tester, en violant le coffre dans lequel se trouvaient l’ensemble des documents ayant conduit à la fabrication de la bombe atomique… Comme quoi, pour paraphraser une de ses biographies officielles : notre civilisation se tient parfois au bord du gouffre (http://www.feynman.com/stories/biography/).

Mais bon, ce n’est ni pour ses talents de cambrioleur, ni pour ses dons de joueur de bongos (https://www.youtube.com/watch?v=qWabhnt91Uc) que Richard Feynman est passé à la postérité. Sa réputation tient surtout à deux aspects de son histoire : ses recherches purement scientifiques et ses capacités de pédagogue. Il a particulièrement travaillé dans le domaine de la mécanique quantique et dans celui des mathématiques.

Son parcours académique a commencé par un simple accroc, mais qui en dit long sur ces années-là : malgré le fait que tout présageait qu’il devienne un étudiant brillant (il avait notamment remporté le championnat de mathématique de l’université quand il était en secondaire), il fut refusé par l’université de Columbia, sur base des « jewish quota ». En effet, plusieurs universités américaines établissaient arbitrairement des quotas de juifs admis chaque année… Un comble pour l’athée assumé que Feynman affirmait être depuis son plus jeune âge.
Par la suite, il suivra une carrière qui le conduit, suite à ses études au M.I.T., à travailler avec les plus grands physiciens de son époque (Einstein, Pauli, Wheeler, Bohr…). Malgré le fait qu’il affirmait détester travailler en secret (http://blog.nuclearsecrecy.com/2014/06/06/feynman-and-the-bomb/), il contribua, comme une grande partie de l’élite scientifique américaine, au projet Manhattan. Ses principales contributions dans le progrès de la physique resteront l’intégrale de chemin, à l’aide laquelle il reformula la mécanique quantique, et les diagrammes de Feynman (https://fr.wikipedia.org/wiki/Diagramme_de_Feynman) qui sont largement utilisés en théorie des champs. Il sera par ailleurs récompensé par le Saint-Graal des physiciens : le prix Nobel de 1965 qu’il recevra (au même titre que ses partenaires de recherche) pour des travaux sur l’électrodynamique quantique.

Cependant, ce qui a permis à Richard Feynman d’être connu du grand public, c’est avant tout ses capacités pédagogiques. Auteur de plusieurs livres de vulgarisation dont le plus connu restera « Surely you’re joking, Mr. Feynman ! » (« Vous voulez rire, M. Feynman ? » dans la traduction française). Il fut aussi un précurseur en matière de propagation du savoir universitaire avec ses « lectures », des conférences qu’il a donné sur plusieurs sujet et qui furent enregistrées et diffusées. On peut d’ailleurs aujourd’hui les retrouver en libre-service sur plusieurs plateformes très connues dont nous ne citerons pas le nom (:-p). Par contre, nous allons quand même vous donner un petit lien vers un extrait d’une interview qu’il a donné à la BBC et qui laisse assez bien transparaitre le personnage et sa manière de concevoir et d’expliquer les choses : https://www.youtube.com/watch?v=WDGAO-UGRPE.