John von Neumann, génie visionnaire, cynique et blagueur

Mes capacités de calcul étaient telles que je donnais des complexes à Albert Einstein ;

J’étais connu de mes collègues autant pour mes blagues salaces que pour mes travaux brillants ;

À deux ans, je savais lire !

À six ans, je conversais en grec ancien avec mon père !!!

J’ai été l’auteur de contributions décisives dans de nombreux domaines : mécanique quantique, logique mathématique, informatique…

J’ai contribué au projet Manhattan ;

J’ai dit : « En mathématiques, on ne comprend pas les choses, on s’y habitue. »

Je suis, je suis, je suis…

Je suis Neumann János Lajos, aka John von Neumann.

Nous parlons là d’un des plus grands génies du 20e siècle. Co-auteur de la théorie des jeux, passionné d’informatique, visionnaire, contributeur essentiel du projet Manhattan…

Tout a commencé pour lui dans ce qui était alors encore l’empire austro-hongrois. Né à Budapest en 1903 dans une famille de riches banquiers, il manifeste très rapidement des capacités hors normes. Il suit une scolarité fulgurante qui lui permettra, après s’être expatrié en Allemagne, de rapidement travailler avec certains des scientifiques les plus importants de l’époque : Robert Oppenheimer, David Hilbert, Werner Heisenberg, Kurt Gödel…

Cependant, les temps sont troublés, l’ombre du nazisme grandit en Allemagne… et Neumann, même s’il n’est pas pratiquant, n’en vient pas moins d’une famille juive… Il profite d’un premier séjour comme professeur invité à l’université de Princeton pour préparer son départ définitif pour les Etats-Unis. Il rejoindra rapidement Einstein à l’Institute for Advanced Study, en tant que professeur de mathématiques.

Blagueur (et pas toujours très fin), on raconte d’ailleurs qu’il s’amusait à mettre de la musique militaire allemande à fond les ballons juste pour faire enrager Einstein ou encore à changer les billets de train de ce dernier en en inversant la destination. Ce goût pour la plaisanterie ne le quittera d’ailleurs jamais : encore sur son lit de mort, il passait une partie de son temps à préparer des blagues pour certains de ses amis qui venaient le visiter régulièrement.

Cynique, il fut l’un des artisans de la théorie de la guerre froide et la « destruction mutuelle assurée ». Il a aussi calculé l’altitude précise à laquelle devaient exploser les premières bombes atomiques pour maximiser leur potentiel destructeur. C’est d’ailleurs en grande partie sur base de ses calculs que les bombes A et H ont été développées. Il sera un collaborateur très actif du complexe militaro-industriel américain.

Visionnaire, il perçoit rapidement l’intérêt de la puissance de calcul des ordinateurs dans le cadre de la recherche. Après la guerre, il deviendra, entre autres, consultant pour IBM.

Acharné du travail, seule la mort pourra l’empêcher de continuer à chercher, réfléchir, produire… En 1957, il décède d’un cancer des os et du pancréas, probablement causé par son exposition aux radiations lors des tests sur la bombe atomique.

 

Une dernière citation ?

« Si les gens ne croient pas que les mathématiques sont simples, c’est uniquement parce qu’ils ne réalisent pas à quel point la vie est compliquée. »

 

Pour aller plus loin :

https://en.wikiquote.org/wiki/John_von_Neumann

http://www-history.mcs.st-and.ac.uk/Extras/Von_Neumann_Part_1.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/John_von_Neumann#Vies_sociale_et_politique

http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/personnalites/d/matiere-john-von-neumann-256/

http://www.arte.tv/guide/fr/050347-000/john-von-neumann

http://www.bibmath.net/bios/index.php?action=affiche&quoi=neumann

http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/John_Von_Neumann/181003

https://www.informs.org/Recognize-Excellence/INFORMS-Prizes-Awards/John-von-Neumann-Theory-Prize/Who-Was-John-von-Neumann