Pourquoi certains volcans explosent et pas d’autres ?

À Bali, le volcan Agung s’est réveillé et risque d’exploser : des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées. À Hawaii, en revanche, vivent plus de 1,3 millions de personnes alors que l’activité volcanique est permanente. Mais pourquoi certains volcans sont-ils explosifs alors que d’autres crachent gentiment leur lave sans gêner beaucoup de monde ?

 

Réponse courte : parce qu’il y a de l’eau dans le magma.

Réponse longue : ci-dessous.

 

Les volcans de type explosif (on les appelle aussi « volcans gris ») sont situés au pourtour des plaques tectoniques, à proximité des zones de subduction càd là où les plaques océaniques passent sous les plaques continentales et plongent à plusieurs dizaines de kilomètres de profondeur.

Les températures élevées et les fortes pressions que subissent alors les plaques océaniques déclenchent dans ces roches des réactions chimiques qui libèrent de l’eau.

Lors de la remontée du magma sous les volcans, cette vapeur d’eau met la roche sous pression.

De plus, le magma de ces volcans est particulièrement peu fluide : il forme des dômes de lave qui ferment les sommets des volcans comme des couvercles. À l’intérieur, la pression monte progressivement. Quand la pression des gaz dépasse la limite de rupture des roches, c’est l’explosion. Des cendres et des roches sont projetées à plusieurs kilomètres d’altitude.

C’est ce qui a failli se passer à Bali fin novembre, c’est ce qui s’est passé avec le Pinatubo aux Philippines en 1991, avec le Mont-St-Helens aux USA en 1980 ou avec le Krakatoa en Indonésie en 1883.

 

Les volcans effusifs, comme ceux d’Hawaii, sont quant à eux situés au centre des plaques tectoniques. Le magma qui les alimente n’a pas été formé par l’échauffement de croûtes océaniques chargées d’eau, il provient directement du manteau terrestre. Ce magma, très fluide, peut s’échapper facilement sans que la pression ne monte jusqu’à tout faire pèter.